Ce que la guerre signifie pour les prix & l'approvisionnement en céréales

Publié par Dalia Shurafa le

OnlineOrganics Ukraine War

 

On nous a demandé de prendre position sur la guerre en Ukraine. Nous avons pensé apporter notre propre touche à la discussion sur la façon dont elle se rapporte à notre domaine. Voici un bref résumé sur les exportations de céréales :

 

Ukraine:

  • 1ier exportateur de graines et d'huile de tournesol avec 30% de l'approvisionnement mondial.
  • 3ème exportateur de blé avec 12% de l'approvisionnement mondial.
  • 4ème exportateur de maïs avec 17% de l'approvisionnement mondial.

 

Russie:

  • 1ier exportateur de blé avec 17% de l'approvisionnement mondial.
  • 2ème exportateur de graines et d'huile de tournesol avec 27% de l'approvisionnement mondial.
  • Petit exportateur de maïs avec 1 % de l'approvisionnement mondial.

 

Ainsi, avec une combinaison (29 % de blé, 57 % de tournesol, 18 % de maïs) des exportations mondiales de céréales, ce conflit présente un énorme cauchemar logistique. En Russie, nous sommes confrontés à un problème immédiat d'embargos sur les exportations (nous supportons l'Ukraine) et à un problème de conscription. L'armée russe n'est en majorité pas une armée permanente, mais conscrite. Cela signifie que les travailleurs (agriculteurs, ouvriers d'usine, etc.) sont contraints au service militaire en temps de guerre. Cela a un impact sur la production car les fermes et les usines sont laissées vides. La Russie n'a pas encore entièrement enrôlé son armée, donc cette question n'est pas encore totalement problématique. L'Ukraine présente un problème beaucoup plus vaste. Les entrepôts, installations de transformation et fermes sont détruits, paralysant la chaîne d'approvisionnement. Le plus gros problème reste qu'il ne reste plus d'agriculteurs pour ensemencer le champ dans les semaines à venir. Ce sera désastreux à l'automne 2022 car nous n'aurons pas de champs à récolter même si la guerre est finie. Cela laissera le marché vide jusqu'à l'automne 2023.

 

Au Canada, nous n'achetons pas de grain de l'Ukraine et de la Russie, car nous sommes assez autonomes avec nos provinces des Prairies et les États du Midwest au sud. Cela pourrait inciter certaines personnes à être surpris par l'explosion des prix des céréales. La réponse est assez simple, l'Europe et la Chine achètent tout notre grain. Nous assistons à une augmentation importante des exportations alors que les marchés d'Europe et de Chine notre grain pour compenser. Cela fait grimper les prix, nous nous attendons à des hausses de prix de 300 % ou plus pour le blé et le maïs.

 

L'huile de tournesol est un désastre complet. Nous importons massivement de l'huile de tournesol d'Ukraine car c'est une bonne huile à de nombreuses fins. Nous nous attendons à des pénuries dans les semaines à venir, sans approvisionnement jusqu'à fin 2023. De plus, nous n'avons nous-mêmes qu'environ 2500L et aucun espoir d'en importer davantage. Au fur et à mesure que les pénuries frappent, les fabricants vont se tourner vers l'huile de canola, qui est très similaire. Nous ne prévoyons pas de pénurie à court terme, car nous produisons environ 76 % de l'approvisionnement mondial ici même au Canada. Les prix de l'huile de canola vont monter en flèche alors que les marchés étrangers (Europe et Chine) affluent vers le canola canadien pour compenser leur déficit en huile de tournesol.

 

Pour conclure, nous assistons à une tendance de surachat en provenance d'Europe et de Chine à une échelle sans précédent. La panique pousse les fabricants à sécuriser leur approvisionnement annuel dès maintenant avant que les pénuries ne frappent. Les prix du carburant affectent les prix du transport, même à l'échelle locale, le transport par camion devient de plus en plus cher.

 

Huile de tournesol:

  • Achetez maintenant ou passez au canola jusqu'à stabilisation à l'automne 2023.

 

Blé:

  • Achetez maintenant, les prix continueront d'augmenter jusqu'à la stabilisation à l'automne 2023.

 

Maïs:

  • Achetez maintenant, les prix continueront d'augmenter jusqu'à la stabilisation à l'automne 2023.

 

Les frais de transport:

  • Hausse des prix momentanée qui est imprévisible dans un proche avenir. L'embargo sur le pétrole russe est le facteur déterminant.

 

L'Ukraine a besoin de notre aide. Nous vous encourageons à faire un don à la Croix-Rouge Canadienne https://www.croixrouge.ca/


Partager ce message



Message plus récent →

français fr